Mémoires gardiennes de Cheikh Aheddad et d’El Mokrani à l’APC de Seddouk

, par  Rabah Zerrouk, La Dépêche de Kabylie , popularité : 4%

Comme signalé dans notre édition de jeudi, l’exposition spéciale organisée par les artistes adhérents de la Maison de jeunes locale en hommage aux deux grands hommes de la Révolution, Cheikh El Mokrani et Cheikh Ahedad, a drainé, outre les représentants de la caravane nationale, une foule très nombreuse venue en connaître davantage sur la vie de ces deux monstres sacrés de la période des révoltes citoyennes (insurrections) dont ils étaient les initiateurs.

Dès l’entrée, l’intitulé “Mémoires gardiennes” trouvent ses motivations par ces totems-ancêtres protecteurs des premiers peuples dédiés à la mémoire de ceux dont on doit éterniser les souvenirs car morts pour que demeure la vie. Dès l’abord donc, les différents artistes peintres associés à l’événement, se veulent des gardiens du temple-mémoire - “Contre l’oubli cultivons la mémoire”. Ces mots portés sur le parchemin des livres sont éloquents et suffisent pour dévoiler l’intention ou le vœu des hommes à perpétuer ce message.

Le visiteur découvre alors les œuvres les plus significatives de cette génération d’artistes de la région qui ont su comment rendre la monnaie à ceux qui veulent falsifier l’histoire et ont superbement maîtrisé l’ art de la sculpture sur bois, des tableaux de peintre portraits des deux grands Cheikhs : des habits traditionnels et autres ouvrages qui ont laissé pantois d’admiration les présents. Ce sont tantôt ces deux guerriers arborant boucliers tantôt des esprits errants à la figure inquiétante. Il s’en dégage une atmosphère de sincérité traduite à travers ces œuvres de haute qualité et d’une dimension historique de grande valeur à voir et des artistes pleins de talents dotées de générosité forgés dans l’école de nationalisme.

Ces créations qui ont coïncidé avec la première randonnée nationale pour les deux grands Cheikhs, valaient une reconnaissance à titre posthume et présage, désormais, une prise de conscience “espoir” qui prouve que le flambeau légué par ceux qui ont confectionné l’histoire de l’Algérie est toujours allumé et le demeurera.

Rabah Zerrouk

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria