L’interminable feuilleton Cnas/employeurs

, par  layachi salaheddine , popularité : 1%

Cette semaine du 11 au 13 du mois d’octobre, la Cnas de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a organisé des journées portes ouvertes invitant les employeurs à régulariser leurs situations relatives aux cotisations impayées, et ce, en application de l’article 57 de la loi de finances complémentaire pour l’année 2015, cette dernière a été prolongée jusqu’au 31 décembre 2016 date butoir.
En dépit des multiples appels de la Cnas à l’endroit des employeurs pour s’acquitter de leur cotisation et de bénéficier de facto de l’annulation des majorations et pénalités de retard, de nombreux employeurs restent insensibles à cet appel qui risque à l’avenir de déstabiliser cette institution qui couvre des milliers de familles en assurance maladie.
La Cnas verra-t-elle le bout du tunnel ? Faut-il s’en inquiéter ? A ce titre, au vu de l’ardoise de plusieurs milliards de dinars de créances détenus par les employeurs à l’échelle nationale, la situation demeure préoccupante à plus d’un titre et soulève la question de sa soutenabilité. Si certains employeurs semblent avoir retrouvé la voie de la raison par l’acquittement des cotisations, d’autres frisent l’emballement et compromettent l’avenir des milliers d’assurés sociaux à l’échelle locale. Il va sans dire, et c’est bien connu, lorsque les dépenses dépassent les recettes la machine s’emballe et hypothèque logiquement un système assuranciel qui repose sur la solidarité entre travailleurs.

C’est devenu une habitude, un balai bien rodé, chaque année la Cnas lance des appels pour sauvegarder une protection sociale qui couvre plus de 25 millions de personnes, et de l’autre côté, de nombreux employeurs drogués aux multiples trafics : qui font dans le travail au noir, les sous-déclarations de travailleurs employés, sous-déclarations des salaires, les fausses déclarations des accidents de travail, les arrêts de travail de complaisance, toute cette fraude a un coût faramineux pour la Cnas.

Pour remettre les comptes de la Cnas au carré, les voies sont certes étroites, cependant les solutions existent, il faut une vraie rencontre et un vrai débat, qui réunira monsieur le wali un homme qui a le sens de l’Etat, le secrétaire général du F.C.E au niveau local, monsieur Hocine Benhammadi un intellectuel, les cadres de la Cnas, et enfin les employeurs, afin que ces derniers s’acquittent de leurs dettes de manière indolore.

Layachi Salah-Eddine
Le Soir d’Algérie

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria