Terres agricoles urbanisées : la défaite de la raison

, par  Layachi Salah Eddine, Le Soir d’Algérie. , popularité : 35%

Sur les cent quatre-vingt-sept mille hectares de terres agricoles à vocation vivrière que compte la wilaya de Bordj Bou- Arréridj, plus de six mille hectares ont été détournés de leur vocation pour être urbanisés.
L’accélération du phénomène est spectaculaire et se poursuit à ce jour au niveau des trente-quatre communes y compris le chef-lieu de wilaya, qui subissent les assauts des entreprises, des immeubles et même des stations d’enrobage hautement polluantes. C’est un véritable délire ! L’extension urbaine au nord du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj ne repose sur aucune rationnalité. Alors que la logique voudrait que le développement urbain se fasse du côté sud de la cité en allant vers la wilaya de M’sila où les terres agricoles sont déclassées, tout comme le choix judicieux qui a été fait pour la nouvelle zone industrielle Mechta Fatima. Les agriculteurs des EAC (exploitations agricoles concessions et ceux des EAI (exploitations agricoles individuelles) souhaitent que les pouvoirs publics renoncent à leur vision étroite pour arrêter le massacre car les terres agricoles ne sont pas destinées à la construction d’immeubles et d’entrepôts. A moins que nos gouvernants aient de la suite dans les idées.

Layachi Salah Eddine

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria