Le manuel scolaire dans tous ses états

, par  Abdelkader Djerbah, El Watan , popularité : 2%

L’érosion du pouvoir d’achat, pour ne pas dire la paupérisation dans une société qui compte déjà sept millions d’analphabètes, risque, à la longue, de réduire à néant les efforts déployés, des décennies durant, pour venir à bout de l’ignorance.

Les cadres de l’éducation de la wilaya de Bordj Bou Arreridj, en conclave, avaient soutenu mordicus l’idée d’abstention des parents d’acheter les manuels scolaires pour diverses raisons, un constat corroboré par la réalité du terrain. " Si un fonctionnaire de l’Etat n’arrive pas à joindre les deux bouts, que dire alors d’un chef de famille sans ressources ", s’interroge G.L., au chômage technique, qui menace de mettre un terme à la scolarité de sa fille admise récemment en 1ère AM, si jamais l’école osait la renvoyer pour de tels motifs, à savoir l’incapacité de lui payer le lot de livres dont le prix avoisine les 2 200 DA.

En dépit de l’allocation des 2 000 DA accordée par l’Etat, et la gratuité des manuels dont bénéficient certains démunis dans le cadre de la solidarité nationale, des pans entiers de la société redoutent le spectre du coût du manuel scolaire, malgré sa disponibilité sur le marché. A cet effet, l’on apprend que la direction de l’éducation, en collaboration avec le CRDDP, vient de distribuer plus de 1 226 312 manuels, tous cycles confondus, quantité qui couvre largement les besoins des 586 établissements que compte la wilaya.

Les nouvelles dispositions prises, par le département de Ben Bouzid, en faveur des enseignants contribueront, à coup sûr, à soulager la corporation qui se bat, tant bien que mal, à faire cohabiter deux hôtes encombrants : rentrée scolaire et Ramadhan.

En effet, ils bénéficieront, à titre gracieux, du manuel scolaire quel que soit le nombre d’enfants.

Abdelkader Djerbah

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria