Journée nationale de la vulgarisation agricole : une année difficile et laborieuse

, par  Chabane Bouarissa, Liberté , popularité : 1%

À cette occasion, les paysans ont soumis aux responsables les difficultés que chacun d’entre eux rencontre quotidiennement sur le terrain, à savoir la cherté du matériel agricole, le transport de marchandises et les catastrophes naturelles (sécheresse, vent et surtout les incendies).

La 17e édition de la Journée nationale de la vulgarisation agricole sous le thème “Le renouveau agricole et rural : le construire aujourd’hui pour le vivre demain” s’est tenue, dimanche au niveau du complexe culturel Aïcha-Haddad de Bordj Bou- Arréridj.

Ont pris part à cette manifestation, les agriculteurs, la direction des services agricoles (DSA), la direction des forêts, la CCLS et les professionnels de l’agriculture. C’était une occasion en plus, pour sensibiliser les agriculteurs sur les nouvelles techniques pour un bon rendement, sur les différents projets initiés par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural par des actions et des moyens financiers conséquents affectés à ce secteur névralgique.

Des conférences sur le thème de cette journée ont été animées par les responsables de ce secteur. “Cette journée nous permet d’aborder la réflexion en matière de vulgarisation agricole en vue d’assurer la sécurité alimentaire d’une part et d’autre part de gérer et protéger les ressources actuelles”, dira le directeur de l’agriculture de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, Kamel Laâtrousse. Par ailleurs, des prix ont été décernés aux différents lauréats dans le domaine de la multiplication des semences des céréales, dans la production de ces dernières et du lait.

Les exploitations qui ont été primées à l’occasion de cette journée sont celles de Loucif Layachi située à Aïn Soltane qui dépend de la commune de Medjana, Bendhib Tahar à Ras El-Oued et Yaïche Ramdane à Aïn Soltane également pour la première filière, Haroun Tahar de Ras El-Oued, Nouioua Saâd de Medjana et Ramache Tahar de Bordj Bou-Arréridj pour la seconde et pour la troisième filière Nezar Djamel et Adala Boubekeur de Ras El Oued, Djoudi Idriss de Bordj Bou- Arréridj. Les agriculteurs locaux n’ont pas hésité à soumettre aux responsables les difficultés que chacun d’entre eux rencontre quotidiennement sur le terrain, à savoir la cherté du matériel agricole, le transport de leurs marchandises et les difficultés naturelles (sécheresse, vent et surtout les incendies).

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria