Les mots et les maux de la population

, par  Layachi Salah Eddine, Le Soir d’Algérie. , popularité : 4%

Comme toujours à l’approche du mois de Ramadan, les prix des fruits,légumes, viandes, yaourts, fromages, café, produits contrefaits… augmentent de façon vertigineuse, à telle enseigne que cette situation inflationniste donne le tournis aux consommateurs.

On voit dans les marchés, dès le matin ou à la fermeture, des femmes, des enfants, des vieillards et des jeunes ramasser des fruits et légumes impropres à la consommation.

La population se demande comment un pays comme l’Algérie avec toute sa richesse est arrivé à entrer de plain-pied dans la spirale de la misère, intellectuelle d’abord par un système éducatif qui fabrique des zombies, et une flambée des prix à la consommation, y compris les factures de consommation de l’énergie électrique et du gaz en passant par les fruits et légumes, huile, beurre, yaourts, fromages, semoule et autres.

La population s’inquiète, surtout les petits salaires et les retraités qui ont une famille à charge. Parmi cette grande catégorie de gens, nombreux sont ceux inscrits au Croissant- Rouge pour bénéficier du couffin du mois de Ramadan.

Le coût de la vie augmente, comme les attentats terroristes, le regain de la violence coûte cher aux citoyens. Dans sa chair, il subit le diktat des hordes sanguinaires soit dans les épiceries, soit dans les institutions républicaines par une bureaucratie inhumaine. Qui et quoi surveiller, disent les citoyens, sa poche ou sa peau ?

Dans les deux cas, ils y laissent leur vie. Le pouvoir d’achat se rétrécit comme peau de chagrin et les terroristes pensent toujours qu’ils sont dans l’histoire d’un passé révolu.

Jusqu’à quand et combien les citoyens paieront- ils le prix du sang et de la pomme de terre ? Beaucoup de citoyens passeront Ramadan dans l’illusion et la désillusion de voir un jour la paix revenir , et se protéger contre un terrorisme qui n’a ni foi ni loi.

Layachi Salah Eddine

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria