MASRAH ETTEDJ REPRÉSENTERA L’ALGÉRIE EN EGYPTE Les Bordjiens en concurrents

, par  Idir Ammour, L’Expression , popularité : 4%

Grâce aux meilleures prestations des comédiens, les Bordjiens sont prêts à refaire le coup en Egypte.

La pièce théâtrale Phantasia, interprétée par la troupe de Bordj Bou Arreridj, Masrah Ettedj, a été choisie par le ministère de la Culture pour représenter l’Algérie à la 19e édition du Festival international du théâtre expérimental, prévue du 1er au 11 septembre au Caire (Egypte), a annoncé lundi le directeur de la troupe, M.Ali Alloun.

Financée par le ministère de la Culture dans le cadre de l’événement « Alger, capitale de la culture arabe 2007 », cette pièce est mise en scène par Rabie Guechi sur un texte de Omar Cherouk ; elle est interprétée par une pléiade de jeunes acteurs dont Ali Bedjou et Halim Zedane, auxquels s’est joint, pour la première fois sur scène, le talentueux Toto de Medjana, a indiqué M.Alloun.

Cette oeuvre, servie par le talent affirmé du scénographe Abderrahmane Zaâboubi, est inspirée de Roi se meurt d’Eugène Ionesco.
La pièce relate l’histoire d’un roi qui règne ou fait semblant de régner ; ses enfants l’aiment ou font semblant de l’aimer, ses serviteurs le servent ou font semblant de le servir. Son peuple vit ou fait semblant de vivre.

Et dans tout ça, la vie est, peut-être, juste un semblant de vie.
Phantasia est une pièce inspirée du fouillis de la société dans un style théâtral de l’absurde.

Ce type de théâtre montre une existence dénuée de signification et met en scène la déraison du monde dans laquelle l’humanité se perd, il vient réveiller la bête qui sommeille.

Certains pourront aussi s’élever contre cette boucherie au nom de la vertu et de l’esprit de la compassion. Reste qu’il s’agit d’un texte qui vient fouiller dans les abîmes de l’âme, qui vient puiser aux racines de l’être.

Et maintenant que rien n’est plus comme avant, que les temps ont changé et que l’homme est réduit à une simple marchandise, l’ordre néolibéral proclame la liberté de l’information depuis que l’Etat a renoncé à son monopole sur les moyens de communication audiovisuels.
L’abondance des nouveaux réseaux et l’avènement de la société de l’information vaudraient promesse de pluralisme, garantie de la liberté d’expression.

En réalité, les grands industriels et les grosses banques sont aux postes de commandes, la concentration des médias s’accélère.
Pour rappel, la troupe bordjienne Mesrah Ettedj s’était distinguée au Festival international Printemps théâtral, organisé en mars dernier à Sousse (Tunisie), en remportant les 1er et 3e Prix d’interprétation grâce aux prestations des comédiens Sofiane Attia et Nouari Radjaï.

Idir AMMOUR

Météo

Bordj Bou Arreridj, 34, Algeria